La thérapie comportementale et cognitive

La thérapie comportementale et cognitive est une approche que j’ai choisie pour venir en aide aux patients. Elle présente à mon avis plusieurs intérêts majeurs : tout d’abord, c’est une psychologie du bon sens, pragmatique et ancrée dans le réel ; d’autre part, c’est une approche issue de recherches scientifiques et en constante évolution ; et enfin, c’est une psychologie qui ne détient pas le savoir « sur » le patient.

Pour expliquer ce choix, il me faut exposer brièvement mon parcours quelque peu atypique.

Une psychologie de bon sens

Avant d’être psychologue, j’ai été salariée d’une entreprise pendant 15 ans. J’ai souvent été étonnée de constater, dans ma vie professionnelle ou familiale, l’importance de ce que l’on appelle communément « les petites choses toutes simples ».

Ces petites choses toutes simples, c’est quelquefois une simple attention à l’autre, à ce qui fait sa réalité du moment. Ca peut être l’apport d’une information, d’un soutien matériel, ou une marque d’estime. Bien souvent, il semble que nombre de conflits ou de problèmes pourraient être évités parce qu’ils résultent de maladresses mineures, en particulier de ce manque d’attention. Comme le soulignait une personne malade que j’avais rencontrée lors d’un stage dans un service hospitalier : « Il y aurait tant de choses à faire, mais des choses toutes simples, avec des gens qui seraient formés pour ça parce que bien sûr ça ne s’improvise pas. C’est un stress pour tout le monde, mais qui pourrait être évité ! Je trouve qu’il y a un décalage énorme entre le potentiel de notre société et la réalité, ce que je vois est affreux. Pour parler comme mon fils, on est à côté de la plaque ».

Cet aspect m’a souvent interpellée ; c’est pourquoi, à mon sens, la psychologie se doit d’être pragmatique, ancrée dans le réel. C’est exactement le cas des TCC : s’il fallait résumer en deux mots ces thérapies, ce serait à mon avis une approche de « bon sens ». Ainsi, il n’est pas possible de s’abstraire de ce qui fait « la vie de tous les jours » pour surmonter ses difficultés. En conséquence, l’approche proposée par les Thérapies Comportementales et Cognitives vise l’application et la mise en situation ; elle fait donc appel à la motivation et à l’investissement actif de la personne qui s’engage dans cette thérapie.

Une psychologie issue de la recherche et en constante évolution

D’autre part, suite à l’obtention de mon titre de psychologue, j’ai poursuivi mes études par une thèse de psychologie de la santé. La formation à la recherche est avant tout l’apprentissage d’une certaine exigence et rigueur par rapport à ce qui peut être affirmé: tout doit être démontré, justifié, structuré et en même temps tout est en mouvement. Les certitudes sont faites pour être remises en cause, seules résistent les plus solides.

C’est aussi, à mon sens, la démarche des TCC qui interdit toute interprétation sauvage. Ces thérapies n’ont pas de père fondateur et reposent exclusivement sur les travaux des chercheurs / praticiens qui utilisent des méthodes rigoureuses afin que leurs travaux soient validés. C’est donc par la confrontation des travaux des uns et des autres que les connaissances s’affinent et permettent d’améliorer les traitements psychothérapiques.

La bonne efficacité des TCC a d’ailleurs été soulignée dans un rapport récent de l’INSERM

Une psychologie qui ne détient pas « le savoir » « sur » le patient

Mon travail de thèse dans un grand centre de cancérologie m’a permis d’être au contact des patients et de leurs proches. Dans ce centre, le personnel est particulièrement attentif aux personnes et veille à apporter des réponses aux questions légitimes que se posent les patients et leur entourage. Ainsi, j’ai pu constater combien cet élément de transmission des informations est fondamental et particulièrement apprécié.

L’approche des TCC, comme nous l’avons vu, présente cette spécificité : tout ce que nous pouvons comprendre de la problèmatique de la personne en lien avec des connaissances théoriques est expliqué. C’est un élément essentiel de la thérapie.

Car ce qui est mis en pratique doit toujours avoir un sens. Il me semble personnellement essentiel d’appliquer cette devise : « rien sans moi qui me concerne ».

PRENDRE CONTACT
Doctolib · Par téléphone